A la une Politique

Cumul de mandats de deux députés de Pastef : Le débat est strictement moral, selon Ousmane Sonko

En conférence de presse ce jeudi 10 novembre 2022, le leader de Pastef s’est prononcé sur plusieurs questions d’actualité dont l’emprisonnement du journaliste Pape Alé Niang. Ousmane Sonko a exigé sa libération. « La place de Pape Alé Niang n’est pas en prison. Il n’est pas un criminel. C’est un professionnel qui fait son travail consciencieusement », a-t-il déclaré devant la presse.

Le maire de Ziguinchor a été interpellé sur la question du cumul de mandats dont deux des députés de Pastef sont concernés. « Nous partons d’un principe très simple. Moi Ousmane Sonko, candidat à l’élection présidentielle en 2019, j’avais inscrit dans mon programme que si je suis élu président de la République, je ferais voter une loi à l’Assemblée nationale. Laquelle loi interdirait définitivement les cumuls de fonctions. Il se trouve que je n’étais pas élu, et il se trouve qu’il n’y a pas une loi qui interdise le cumul », a répondu Sonko.

Selon lui, si on doit parler de cumul de fonctions aujourd’hui on ne peut en parler que sous l’angle moral. « Lors des investitures, j’ai personnellement appelé ces personnes pour leur dire que vous serez investi parce que nous voulons impérativement gagner. (…) Mais si nous gagnons, je ne peux pas vous l’imposer, je vous demanderais d’opter pour l’un ou l’autre », a-t-il avancé. Le leader de Pastef d’ajouter que « personne ne peut contraindre un élu à démissionner d’un mandat ».

« Je ne peux pas forcer qui que ce soit à démissionner. J’ai dit ce que je pensais et c’est strictement sous l’angle moral, ça n’a pas de base juridique », a-t-il fait savoir. Mais assure-t-il, parmi les projets de lois sur lesquels les députés de l’opposition réfléchissent, figure un qui porte sur l’interdiction des cumuls de fonctions. « Et en ce moment il sera impératif pour tout le monde. Donc le débat sur le cumul de mandats est strictement moral », a insisté Ousmane Sonko, qui annonce que l’engagement de rompre d’avec cette pratique figurera sur son programme de 2024.