A la une Economie

Inclusion Financière : l’Observatoire de la qualité des services financiers sensibilise les consommateurs sur le surendettement

La prévention du surendettement et des impayés préoccupe les acteurs de l’écosystème. En partenariat avec le BIC (Bureau d’information du Crédit), l’OQSF (Observatoire de la qualité des services financiers) a convié des associations de consommateurs et des syndicats d’enseignants à une journée de sensibilisation, mardi 29 novembre 2022 à Dakar.  

Cette rencontre a pour objectif d’éduquer financièrement les populations, à travers leurs relais (les associations consuméristes) sur les causes du surendettement, son impact négatif, la stratégie et le comportement responsable à adopter pour ne pas tomber dans cette spirale.

« Nous avons étudié les causes du surendettement qui sont fondamentalement sociétales donc culturelles », a déclaré Momar NDAO, président de l’Association des Consommateurs au Sénégal. « Dès l’instant qu’on a un revenu, dit-il, toute la famille proche et éloignée s’accroche. Ce qui qui fait finalement, on essaye de faire des choses que nous ne pouvons pas faire. Mais il y a aussi les causes qui sont liées au comportement des banques. Il y a une grande concurrence au niveau des banques qui fait que facilement vous êtes sous l’appât du crédit », a-t-il précisé.

Selon les résultats d’une étude de la Banque Mondiale consacrée à l’amélioration de la capacité des ménages et de l’inclusion financière au Sénégal, 19% d’adultes sénégalis ont non seulement atteint leur seuil maximal d’endettement mais l’ont dépassé.

C’est pour pallier à cette situation qui est à la base de nombreux désastres sociaux dont les ménages sont victimes que le Secrétaire exécutif de l’OQSF, Habib NDAO a déclaré que « toute personne vivant au Sénégal peut s’adresser à l’Observatoire pour bénéficier d’abord des modules d’éducation financière et d’avoir des informations sur l’écosystème financier, précisant que le rôle de l’Observatoire c’est la supervision de la conduite du marché à côté de la banque centrale qui s’occupe de la supervision prudentielle ».

Ce combat contre le surendettement entre en droite ligne des efforts du Gouvernement de protéger les consommateurs. C’est ce rôle que joue le Bureau d’information sur les crédits. L’entité « collecte des informations sur les antécédents de crédits ou de payement de l’ensemble des utilisateurs des services financiers, des agents économiques. Les banques et les institutions de microfinances, lors de l’instruction des dossiers de crédits de leurs clients, vont interroger cette base de données pour connaître la solvabilité des clients », a précisé son Directeur Général, Adamou Sandaré. « Le client aussi a la possibilité de s’adresser BIC pour avoir les informations qui sont stockées sur lui », a-t-il toutefois souligné.

error: Content is protected !!