A la une International

Migration :  Plus de 2500 morts en méditerranée entre janvier et septembre (HCR)

Le nombre de personnes à prendre la route de la migration irrégulière vers l’Europe a littéralement explosé cette année. Cette augmentation rapide a fait grimper le nombre de personnes mortes en mer. Selon le HCR, le Haut-Commissariat des Nations-Unies pour les Réfugiés, plus de 2.500 personnes sont mortes ou ont disparu en mer de janvier à septembre 2023.

« Au 24 septembre, plus de 2 500 personnes ont été comptabilisées comme mortes ou disparues depuis le début de l’année, soit une augmentation de près de 50 % en comparaison aux 1 680 personnes lors de la même période en 2022 », a déclaré, jeudi, Ruven Menikdiwela, directrice du bureau du HCR qui intervenait lors d’une réunion du conseil de sécurité de des Nations-Unies consacrée à la crise des migrants.

La directrice du bureau du HCR a aussi fait savoir que des vies sont également perdues sur terre « loin de l’attention du public », durant le voyage de l’Afrique de l’Ouest ou de l’Est vers la Libye et pendant la traversée depuis la côte vers l’Europe. Selon Ruven Menikdiwela, cet axe du voyage reste l’un des plus dangereux au monde.

Entre le 1er janvier et le 24 septembre 2023, quelque 186.000 migrants ont atterri dans le sud de l’Europe (Malte, Grèce, Italie et Chypre), soit une hausse de 83% par rapport à la même période en 2022. L’Italie, seule, a accueilli plus de 69% de ces migrants.

Cette année, les migrants ont principalement pris départ de la Tunisie (102.000 personnes) et de la Libye (45.000 personnes).

Au cours de cette réunion sollicitée par la Russie, l’ambassadeur russe à l’ONU, Vassily Nebenzia, a mis en cause l’Union Européenne dans sa gestion de la crise migratoire. Pour l’ambassadeur russe, « l’Union européenne mène une guerre non déclarée contre les migrants, qui meurent parce qu’ils n’ont pas d’autre voie plus sûre ». Vassily Nebenzia a aussi ajouté que « L’UE ne s’occupe de la question migratoire que lorsqu’il s’agit des Ukrainiens », et que les autres migrants ne bénéficient pas du « même niveau de solidarité ».

error: Content is protected !!