A la une

Deuxième convoi d’aide à Gaza : « une autre petite lueur d’espoir », selon le chef des secours de l’ONU

Un deuxième lot d’aide est arrivé à Gaza dimanche à bord de 14 camions qui ont traversé le point de passage de Rafah avec l’Égypte, a déclaré le Coordonnateur des affaires humanitaires de l’ONU dans un message sur les réseaux sociaux.

Dans une déclaration publiée sur le réseau social X, Martin Griffiths a décrit les fournitures de la Croix-Rouge égyptienne et l’ONU comme « une autre petite lueur d’espoir pour les millions de personnes qui ont un besoin urgent d’aide humanitaire », ajoutant « mais ils ont besoin de plus, de beaucoup plus ». Aucun détail n’a été fourni sur le contenu des camions.

Samedi, un premier convoi est entré dans la bande de Gaza, où plus de deux millions de personnes sont privées d’eau, de nourriture, de médicaments, de carburant et d’autres produits de première nécessité en raison des hostilités actuelles.

Les 20 camions ont apporté des produits de première nécessité tels que des fournitures médicales, des boîtes de thon, des pâtes et suffisamment d’eau potable pour 22.000 personnes pendant une journée.

Des centaines d’autres camions attendent d’entrer du côté égyptien au point de passage de Rafah.

M. Griffiths a demandé que l’accès à l’aide soit augmenté à au moins 100 camions par jour. Les Nations Unies ont lancé un appel pour que l’aide continue d’arriver à Gaza et pour que le Hamas libère les otages saisis lors de son incursion meurtrière dans le sud d’Israël le 7 octobre, qui a déclenché la crise.

Depuis, Israël a répondu par des frappes aériennes continues, un siège complet et l’ordre d’évacuer le nord de la bande de Gaza.

Les humanitaires signalent que plus d’un million de personnes dans l’enclave assiégée sont désormais déplacées, que les systèmes d’approvisionnement en eau sont à 5 % de leur capacité normale, et que les hôpitaux sont débordés et sur le point de s’effondrer.

Gaza était déjà dans une situation humanitaire désastreuse en raison de 16 années de blocus après la prise de contrôle par le Hamas en 2006, et les agences des Nations Unies ont qualifié la situation actuelle de « catastrophique ».

Au moins 406.000 personnes sont hébergées dans des installations appartenant à l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), l’agence des Nations Unies chargée de l’aide aux réfugiés palestiniens, qui a déclaré dimanche que son approvisionnement en carburant serait épuisé dans trois jours. La sécurité de l’accès humanitaire à la population de Gaza est également un besoin essentiel.

error: Content is protected !!