A la une Sport

L’Afrique prête à vibrer au rythme de la 34e édition de la Coupe d’Afrique des Nations

Après deux ans d’attente, la CAN est de retour. La plus grande compétition de football sur le continent africain sera accueillie cette année par la Côte d’Ivoire, pays hôte pour la deuxième fois de son histoire après 1984. À l’époque, seules huit équipes pouvaient prendre part à la compétition contre 24 aujourd’hui.

Le gouvernement ivoirien n’a d’ailleurs pas lésiné sur les moyens pour accueillir la compétition. Infrastructures hôtelières, axes routiers, centres hospitaliers, construction et rénovation de stades… Au total, près d’un milliard et demi de dollars d’investissement ont été réalisés pour accueillir cette grande fête du football.

Quatre stades sont sortis de terre pour l’occasion dont le stade olympique Alassane Ouattara d’Ébimpé (60.000 places) qui accueillera notamment le match d’ouverture et la finale et fera figure de nouvelle vitrine du football ivoirien. Les stades Charles Konan-Banny de Yamoussoukro, Amadou Gon-Koulibaly de Korhogo et Laurent Pokou de San Pedro, tous d’une capacité de 20 000 places assises, ont, eux aussi, été construits spécialement pour l’événement. À Abidjan et Bouaké, les stades Félix Houphouët-Boigny et le stade de la Paix ont quant à eux été rénovés pour accueillir la compétition.

Sur le terrain, cette année, encore plus que les autres, la CAN a un niveau particulièrement relevé. Beaucoup d’équipes voudront prendre la place du Sénégal sur le toit de l’Afrique. La Côte d’Ivoire, déjà deux fois champions d’Afrique, fait naturellement figure de favoris, eux qui ouvriront cette CAN face à la Guinée-Bissau ce samedi 13 janvier.

D’autres grandes nations du continent dont le Maroc, demi-finaliste de la dernière Coupe du monde, seront bien déterminées à prouver que cet exploit réalisé au Qatar n’est pas lié au hasard. Son voisin, l’Algérie, éliminé au premier tour de la précédente édition, aura à cœur de se racheter cette fois.

Sans oublier l’Egypte de Mohamed Salah qui ne priverait pas d’un huitième titre de champion d’Afrique. Le Nigérian, le Cameroun ou encore le Ghana, favoris naturels à chaque tournois voudront également joué leur chance à fond.