A la une International

Togo : Faure Gnassingbé demande à l’Assemblée de procéder à une relecture de la nouvelle loi constitutionnelle

Le Président togolais Faure Gnassingbé a demandé aux députés togolais, vendredi soir, de procéder à une relecture de la nouvelle loi constitutionnelle votée par le parlement dans la nuit du 25 mars dernier.

C’est ce qui ressort d’un communiqué de la présidence de la République togolaise, lu à la télévision nationale togolaise par Yawa Kouigan, ministre de la Communication et des médias.

Le communiqué affirme que « conformément à la procédure législative, le gouvernement a reçu du bureau de l’Assemblée nationale, ce jeudi 28 mars 2024, la loi portant révision de la Constitution togolaise, adoptée le lundi 25 mars 2024 ».

Reconnaissant que « toute chose étant perfectible », le communiqué soutient que c’est au regard de l’intérêt suscité au sein de la population par le texte (de loi constitutionnelle) depuis son adoption, que « le Président de la République a demandé ce jour (ndlr, le 29 mars 2024) à la Présidente de l’Assemblée nationale de faire procéder à une deuxième lecture de la loi adoptée ».

Cette nouvelle loi, qui fait passer le Togo d’un régime semi présidentiel au régime parlementaire pur, a suscité une vague d’indignations au sein de l’opinion togolaise.

D’abord à cause du fait qu’un changement aussi important se fasse en catimini à l’Assemblée nationale, mais aussi parce que le mandat de ces députés est en effet arrivé à terme depuis fin décembre 2023. 

La conférence des évêques du Togo a demandé expressément au Président Faure Gnassingbé, dans une déclaration en date du 26 mars, « de ne pas promulguer cette loi ».

Commentaires

Cliquez ici pour publier un commentaire

error: Content is protected !!