A la une International

Rencontres avec les dirigeants du Mali et du Burkina : Le général Tiani du Niger en mission pour renforcer ses alliances

Le chef du régime militaire au Niger, le général Abdourahamane Tiani, a rencontré jeudi ses homologues à la tête des régimes militaires malien et burkinabè, pour ses premières visites à l’international depuis le coup d’Etat à Niamey en juillet.

Le général Tiani est arrivé jeudi, en début de soirée au Burkina Faso « pour une visite d’amitié et de travail », a annoncé dans un communiqué le service de communication de la présidence du Burkina Faso dans un communiqué. « Les deux chefs d’État », ont « échangé sur les problématiques communes aux deux pays notamment la lutte contre le terrorisme et les questions de développement socio-économiques », a-t-il indiqué.

Plus tôt, à Bamako, M. Tiani a rencontré le colonel Assimi Goïta et remercié le Mali pour « le soutien et la détermination des autorités et du peuple malien à cheminer auprès des autorités et du peuple nigérien, et ça quels que soient les obstacles », lors d’une déclaration à la presse.

Le renforcement de l’Alliance de Sahel au menu des échanges

Dès son arrivée au pouvoir suite à un coup d’État, le général Tiani est lâché par la Cedeao qui avait alors menacé d’intervenir militairement au Niger pour faire revenir l’ordre constitutionnel. Il s’est alors naturellement tourné vers le Mali et le Burkina Faso, dirigés par des militaires arrivés au pouvoir par des coups d’État en 2020 et 2022, et qui avaient rapidement affiché leur solidarité avec les généraux de Niamey.

De cette proximité naitra alors l’Alliance des Etats du Sahel (AES) le 16 septembre, une alliance défensive axée principalement sur la lutte contre le terrorisme. Elle prévoit une assistance mutuelle en cas d’atteinte à la souveraineté et à l’intégrité territoriale des trois États et des liens économiques renforcés. L’objectif est de transformer la région sahélienne de « zone d’insécurité » à une « zone de prospérité », a dit M. Tiani lors de son passage au Mali.

Rappelant la situation d’embargo du Niger, objet de sanctions politiques et économiques de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao), le général Tiani a remercié ses voisins malien et burkinabè qui continuent de commercer avec son pays. Il se dit tout de même « disposé au dialogue » avec l’organisation ouest-africaine. Il a ainsi déclaré que « nous allons solliciter une fois de plus le soutien du Mali, du Burkina et d’autres pour que cet embargo soit levé ».

Commentaires

Cliquez ici pour publier un commentaire