A la une International

Comores : le président Assoumani réélu pour un troisième mandat sur fond de contestation

Et de trois. Avec sa victoire à l’élection présidentielle du 14 janvier dès le premier tour, Azali Assoumani, va rempiler pour un troisième mandat consécutif à la tête de l’archipel des Comores. L’ancien chef d’état-major de l’armée va ainsi rester au pouvoir jusqu’en 2029.

Quelque 340 000 inscrits étaient appelés à se rendre aux urnes dimanche. Le taux de participation particulièrement faible, estimé à 16,30 %, selon la commission, montre que l’élection n’a pas suscité un grand engouement auprès de la population comorienne.

Dimanche soir, la Céni avait pourtant fait état d’une participation « dépassant les 60 % selon les premières estimations ». 

L’opposition, qui a affirmé avoir constaté de nombreuses irrégularités le jour du vote, a dénoncé des « fraudes ». 

« Ce sont les candidats de l’opposition qui sont arrivés en tête des suffrages exprimés, malgré le bourrage des urnes, les fraudes et les intimidations de la part du régime », ont déclaré dans un communiqué commun les cinq candidats opposés au chef d’État sortant, avant l’annonce des résultats. 

Selon plusieurs d’entre eux, « des militaires ont interrompu le vote » en s’emparant des urnes dans plusieurs localités potentiellement favorables à des rivaux d’Azali.

« Le régime veut tricher mais nous avons un plan d’action que nous déroulerons le moment venu », a mis en garde, lundi, le candidat Issa Salim Abdillah, arrivé en deuxième position avec 20,26 % des suffrages.   

error: Content is protected !!